AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

girl, you'll be a woman, soon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: girl, you'll be a woman, soon. Ven 2 Avr - 6:32:03


NOUSHKA.


Petite Noushka. Non, tu n'es pas petite. Pauvre Noushka. Non, tu n'es pas pauvre. C'est ce qu'on veut que tu sois. Alors tu ne veux pas l'être. Tu veux être bien plus ou bien moins, car avec toi il n'y a pas de juste mesure.


Noushka Marlene Keighley, c'est son nom. Cela aurait très bien pu en être un autre. Cela n'a pas vraiment d'importance. C'est le prénom d'un garçon. Mais elle s'y est fait, et aujourd'hui elle en est presque fière. C'est le nom de son père, homme en lequel elle a fondé tous ses espoirs, mais qui n'a jamais su les réaliser. Ce n'est pas celui de sa mère, qui pourtant l'a élevée avec tout l'amour que peu donner une mère délaissée, qu'elle n'a pas toujours su recevoir, trop en colère contre ce père qu'elle ne pouvait atteindre. Lui était un médicomage de renom, et elle était une honte pour le monde magique, une cracmolle, et de plus une originale, une artiste peintre, dont Noushka ne parvint jamais véritablement à percer le sens. Et puis il y a son frère, son jumeau, Sasha, il ne pourrait y avoir que lui. On peut bien l'insulter de toute part ou lui faire du mal à elle, on n'a pas le droit de toucher à lui. Il est si fragile, avec son petit prénom de fille. Ils ont dix-sept ans tous les deux, ils sont nés dans un petit village du Devon, a deux pas d'immenses falaises que Noushka et Sasha ont toutes parcourues en long en large et en travers. Ils ne l'ont pas quitté, sauf pour quelques week-ends -dès plus affreux- à Londres. Ce n'est pas qu'elle déteste la ville, c'est qu'elle déteste ce qu'elle voit de son père. Elle pourrait aimer Londres. Elle pourrait tout aimer. Il faudra qu'elle aime tout, si elle veut changer son étoile.


Dernière édition par Noushka M. Keighley le Dim 4 Avr - 7:35:05, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Ven 2 Avr - 6:32:36

Noushka et Sasha ne se séparent pas, ils ne se sont jamais séparés et ne se sépareront ils l'espèrent jamais. Toujours l'un et l'autre fourrés ensemble comme s'ils ne savaient pas vivre l'un sans l'autre, comme s'ils réparaient la déchirure qui s'était faite entre leur parents, lentement ou brutalement on ne savait pas, comme Noushka n'avait jamais rien su de son père et de sa mère jusqu'à ces quelques mois. Bien sûr elle se doutait bien qu'elle avait un père car les enfants savent ces choses mieux que leurs parents ne savent les cacher, mais elle ne l'avait pas imaginé ainsi. Et le jour où son visage s'est enfin retrouvé en face du sien, Noushka a senti lentement s'en déliter tous les morceaux et avec eux toutes les images, et tous les rêves qu'elle avait fait dans sa tête. Elle ne s'en ai pas rendu compte tout de suite, que son visage s'était transformé en sable et qu'elle n'en avait plus c'est Sasha qui lui a dit « Noushka, tu as perdu tes yeux? » alors qu'elle devait le regarder fixement dans le vide depuis un bon moment, et qu'avec son innocence d'enfant il n'avait pas voulu l'embêter. Mais Sasha ne l'embête jamais car Noushka n'arrive pas de lui à se lasser alors que de tout si vite elle se lasse, comme des rêves qu'elle avait fait pour son père, pour le moment où il poserait enfin ses si lointains yeux sur elle. Et ce moment s'était révélé si loin de tout ce à quoi ses espoirs l'avaient habituée, jusqu'à croire que les rêves étaient la réalité, qu'elle en avait détesté cette image mensongère, ce visage masqué qui n'était pas la réalité, qui n'était qu'une illusion de son père, quand la vérité se trouvait dans les petits rêves que fait une enfant qui ne connait pas son père et projette sur lui l'espoir de conjurer son malheur.
C'était la première après-midi qu'ils passaient chez leur père dans cette affreuse maison de l'affreuse banlieue de Londres avec leurs affreux demi-frère et demi-sœur. Ils avaient très vite en quelques jours à peine appris à s'ignorer royalement. On avait bien sûr essayer de faire jouer les garçons ensemble et les filles ensemble, mais Noushka, cette autre fille de son père, cette fille qu'il avait aimé dès la naissance, sur laquelle il savait poser les yeux avec amour de ce regard qui lui était à elle inaccessible, elle faillit bien la jeter dans un buisson épineux dès la première heure où elle voulu lui présenter ses poupées et faire d'elle sa petite poupée bien docile. Alors Noushka lui tira les cheveux et courut rejoindre son frère, qui assit dans l'herbe se faisait parler plutôt que parlait avec l'autre demi-frère qu'elle ignora totalement que peut-être elle ne vit même pas quand elle jeta dans ses bras ses cheveux et les restes de son visage de sable envolé au vent. Toi qui est fait du même sable que moi, donne moi un peu de ton sable s'il te plait, que mon visage ressemble a quelque chose, prend mes rêves, mes mauvais rêves mes cauchemars et remplace-les par un un sable fin et doux. Oh, Sasha, Sasha, ne t'en va pas ne t'en va jamais, car je ne serait qu'un nuage de gros grains de sable rugueux volant au vent si tu n'étais pas là. Mais Noushka, Noushka, tu ne t'es jamais sentie si faible, si rien, si vide qu'à cet instant où ton visage tout ton visage vient de s'envoler pour être remplacé par un masque, pour cacher le trou béant qu'à poignardé en toi ton père en ne correspondant pas à tout ce que tu devais être. Noushka, Noushka, tu voudrais crier, arracher ce nouveau masque, courir après tous les grains de sable qui se sont envolés et les remettre dans ta tête en les aspirant par le nez, en les avalant par la bouche, et Noushka, Noushka, tu voudrais arracher le visage si faux de ce père qui ne peut pas être ton père, tu voudrais le piétiner, l'écraser, le changer en petits éclats de pierre, l'écraser en grains de sable.
Les larmes qui coulaient de ses yeux, les rivières qui creusaient le sable couvraient toute la petite robe de Noushka et bientôt les vêtements de Sasha. Mais, ne lui avait t'on jamais dit que les enfants ne doivent pas pleurer? Sa mère ne le lui avait jamais dit, mais toutes les maitresses - celles qu'elle détestait, parce qu'elles sont bien trop rigides – disaient que c'est se montrer faible. Mais Noushka ne voulaient pas être faible. Non surtout pas devant son demi-frère, devant les yeux de son père partout posés dans cette maison sauf sur elle. Alors elle se glissa hors des bras et du visage de son frère, dans lequel elle ne voulait pourtant que se fondre, et sécha les larmes qui mouillaient le sable du nouveau visage qu'il venait lui donner. Mais ce qu'il ne savait pas c'était que dans ce nouveau visage qu'il lui avait donné, qu'il avait fait d'un propre morceau du sien, c'était là la matière même du léger voile qui des années durant les sépareraient de quelques millimètres, les empêchant de se fondre l'un en l'autre. Mais cela à cet instant personne ne le savait, et Noushka croyait avoir reconstitué le meilleur masque pour vivre, qu'elle façonnait de ses larmes, y dessinant des vallées, des montagnes et des fosses pour les yeux, grands et ambrés, mais en fait bleus comme un immense océan où plonger et sceller les larmes du désespoir. Jamais plus elle ne pleurerait, elle le jura. Jamais plus elle ne serait faible devant qui que ce soit. Elle serait forte, la plus forte, ou rien du tout. Son père elle lui prouverait qu'elle était meilleure que lui, bien meilleure, et qu'il n'était pas à la hauteur d'être son père, qu'il devrait être le père dans ses rêves. Jamais plus, jamais plus elle ne se laisserait insulter, ni elle, ni Noushka, ni sa mère, que l'affreuse demi-sœur avait déjà insultée de « cracmol » sans que Noushka puisse en comprendre le sens exact, ou que les petits enfants de l'école et leur parents regardait de travers et traitait de folle, et Noushka et Sasha dans la foulée de fous.
Noushka se leva, et attrapa son frère par la main. A cet instant où elle voulait l'avoir pour elle toute seule, son père fit irruption, avec dans les yeux toute la suffisance qu'on peut avoir en regardant deux petits enfants de huit ans, qui de plus ne connaissent rien à rien. Noushka sentit dans les yeux de Sasha qu'il allait leur parler de cette chose étrange qu'on venait de leur présenter, et qui lui l'ennuyait déjà. Le père s'assit à leur niveau, ce que Noushka trouvait insultant, comme elle n'aspirait maintenant qu'à être plus grande que lui. « Votre mère ne vous en a surement pas parlé parce qu'elle ne connait pas ça. » « Maman ne parle que de ce qui vaut le coup. » « Oh rassure-toi Noushka, ça vaut le coup! » Mais la petite fille n'était pas convaincue et fronçait les sourcils. « Vous vous souvenez de ce qu'à fait votre belle-mère quand vous êtes entrés pour fermer la porte. Non? Vous avez vu ce qu'elle tenait à la main? Non plus? C'était une baguette magique. Comme celle-là. » Il leur présenta la sienne, et si rien ne passa dans les yeux de Sasha si ce n'est peut-être du dédain, il y eut comme une lueur de curiosité dans ceux de Noushka qu'elle s'empressa de cacher dans ses sourcils froncés. « Et avec une baguette, on fait de la magie, comme dans les contes de fées. » « Mais la maitresse elle dit que la magie c'était juste dans les contes, pas en vrai. » « C'est ce que croit les moldus, mais votre mère elle sait que ça existe, mais elle ne peut malheureusement pas en faire. Mais vous deux, vous pourrez. » Sasha resta perplexe, sans expression, alors que Noushka voyait en sa tête grandir toutes ses nouvelles ambitions, tous ses nouveaux espoirs pour se venger du mensonge de son père. Elle serait la meilleure en cette chose qu'on appelle la magie, même si elle n'avait pour l'instant aucune idée de ce que c'était.


Dernière édition par Noushka M. Keighley le Sam 3 Avr - 3:43:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Ven 2 Avr - 6:32:47

Le soleil allait bientôt être recouvert par des nuages, et Noushka eut peur qu'il ne pleuve. Elle ne voyait sur la lande aucune maison aucun bois où aller s'abriter le temps de l'averse. Ce serait un désastre si la pluie tombait ici maintenant, non pour ses cheveux, ses vêtements ou sa petite personne, ni même uniquement pour Sasha qui l'accompagnait, mais surtout pour le tableau de sa mère qu'ils transportaient, sous un mince drap, chez un client qui avait caché sa maison très loin sur la falaise. Oh comme Noushka aimait la falaise, se pencher au dessus du vide, entendre le bruits des vagues s'écrasant sur le sable puis remontant avec la marée sur la roche, sentir le vent fouetter ses joues et ses longs cheveux bruns sauvagement dans les airs, voir et sentir ses pieds à quelques centimètres, quelques instants de la chute. La pluie même ne lui faisait pas peur, et elle aimait, au grand dam de sa mère, rester sous le déluge et rentrer trempée à la maison dès que le soleil était revenu. Elle se faisait toujours un peu gronder, mais avec le sourire bienveillant de sa mère, ce sourire dont lui échappait toujours le petit éclat de douceur, caché sur le coté de ses lèvres. Mais aujourd'hui, il y avait le tableau, et il ne fallait pas qu'il soit trempé, car cela serait un désastre pour sa mère, qui verrait s'envoler l'argent de la vente, mais surtout verrait s'effacer une de ses œuvres, terrible chagrin dont elle ne se remettrait peut-être pas. Noushka pourtant n'avait jamais connu compris l'attachement qu'elle pouvait avoir à ces toiles qui ne lui semblaient être que des morceaux de tissu badigeonné de peinture, qui n'avaient même pas le charme du mouvement comme celles des sorciers.
Oh comme Noushka aurait voulu que sa mère soit elle aussi une sorcière... Cela aurait évité tant d'insultes, tant d'énervement, et tant de dédain de la part de ceux qui se croyaient par leur naissance plus fort et plus important qu'elle, alors qu'ils ne faisaient aucun effort pour l'être, quand Noushka devait se battre pour être acceptée dans un monde qui la fascinait tant, qui l'attirait tant, et qu'elle voulait tant sans qu'on accepte de le lui donner. Et à coté de son terrible appétit de réussite, son frère, son jumeau, son double, son Sasha, il ne comprenait pas, il ne voulait pas, il ne voulait rien sinon qu'on le laisse tranquille, ce dont Noushka ne pourrait se contenter. Car il lui en fallait plus toujours plus, plus de livres, plus de notes, plus de travaux, pour essayer de devenir la meilleure, meilleure que son père, lui prouver qu'elle était digne de son attention, lui crier l'accuser de ne pas avoir été là. Il avait préféré deux affreux et insupportables enfants, légitimes dit-on, purs dit-on, à ses enfants naturels, à ces hontes du monde magique. Et cela, même s'il essayait de rattraper ses fautes, même s'il était le plus gentil du monde, même s'il faisait tous ces efforts, Noushka ne le lui pardonnait pas, et gardait prostrée en elle toute la haine, toute la rancœur, qu'il lui avait inspiré le premier jour où il brisa ses attentes d'enfant.
Les gouttes de pluies commençaient à tacher le drap, mais Noushka les laissait remplir ses yeux de larmes sans parvenir à bouger. C'est la main de Sasha, qu'elle n'avait jamais sentie sur elle de cette manière protectrice, qui la ramena au temps présent, c'est à dire au désastre de la pluie sur le tableau qu'on les avait chargés de transporter et de protéger. Il la guida avec l'encombrante toile sous un grand arbre qui de ses feuilles les abriterait pendant la tempête de pluie. Ils s'assirent contre le tronc mouillé, l'un contre l'autre pour se réchauffer alors que l'atmosphère se glaçait de l'eau venue des nuages très hauts et très froids dans le ciel. Noushka voulu vérifier si les gouttes de pluies n'avaient pas atteint et fait couler la peinture peut-être encore fragile du tableau. Elle releva un peu le drap blanc et constata que quelques gouttes avaient traversé, et fait couler un peu des couleurs à certains endroits. En bas, une grande ligne beige s'était un peu affaissée, tout en haut les coups de pinceau blancs aux reflets bleus laissaient couler des gouttes presque d'eau, comme une pluie qui s'abattait sur la grande étendue bleue qu'avait peint sa mère au milieu. Mais, au lieu de replier le drap pour protéger la toile de la pluie diluvienne, Noushka le laissa ouvert, nu à la pluie, nu à son regard. Elle ne pouvait le recouvrir, l'éloigner de ses yeux, tant l'étendue bleue au milieu l'avait happée, et entrainée dans des profondeurs insondables, que sa mère avait cachée dans un peu de peinture bleue sur une toile blanche. Cela semblait si surprenant pour Noushka qui n'avait jamais compris ce qu'on pouvait bien trouvé a des dessins immobiles et plats, particulièrement ceux de sa mère, qui dans ses mots, ne ressemblaient à rien, et dans ses mots blessaient toujours sa mère sans qu'elle n'ose le lui avouer. Et là quelque chose qui n'avait rien de ce que les sorciers appelait la magie la touchait au plus haut point, lui donnant une immense claque, l'immense claque qu'on aurait dû lui donner depuis bien longtemps. C'était ça la magie, la vraie magie. Celle qui transforme un peu l'aspect des choses, qui donne un peu de poésie au monde sans vouloir le détruire ou le maitriser à la baguette. Celle qui de quelques gouttes de pluies coulants sur de la peinture fait apparaître trois formes dans un immense applat bleu, trois corps dans une immense étendue d'eau, qui ne se noient pas mais sont heureux, heureux enfin d'être tous les trois ensembles. C'est elle Noushka c'est lui Sasha et c'est elle sa mère. Sa mère qu'elle a toute ses années tant dédaignée pour ses grandes ambitions d'excellence, pour sa vengeance contre son père, qu'elle ne voyait que mauvais car non conforme à ce qu'elle en avait imaginé, alors que le bonheur se trouvait là, sous sa main, sous ses yeux, au travers de quelques mailles de lin, et gouttes de peintures, dans d'immenses yeux bleus comme l'océan où elle voulait maintenant se noyer.
Noushka pleurait à chaudes larmes, comme elle ne l'avait jamais plus fait depuis ce jour où elle avait dans les bras de Sasha décidé d'être quelqu'un d'autre, bien plus qu'elle ne pourrait jamais l'être, trop ambitieuse, trop orgueilleuse, trop animée des rêves d'une enfant qui veut connaître et avoir le monde entier dans ses yeux. Elle se jeta une fois de plus dans ses bras, laissant le tableau leur retomber dessus, les aspergeant, les inondant de l'eau de l'océan. Noushka se haissait pour la bêtise dont elle avait fait preuve pendant toutes ces années où elle avait voulu être quelqu'un d'autre, où elle s'était éloignée dans autres sans comprendre qu'ils étaient bien plus que des formes, bien plus que des coups de peinture sur une toile. Elle en avait même presque délaissé son frêre, posant un voile très fin entre leurs âmes, les décalant l'un de l'autre légèrement. Qu'elle avait été stupide, qu'elle avait été odieuse. Avec son père aussi, qui pourtant avait fait tout son possible pour regagner son affection, sans que, butée comme elle l'était, elle ne bouge de sa position. Elle avait tout détruit, fait obstruction à tout bonheur, alors qu'il aurait été à portée de sa main si seulement elle avait tendu la main. Il n'y avait pas à nourrir d'immenses ambitions, à vouloir être la meilleure, à vouloir dorer son blason, à vouloir combattre l'injustice. Elle pouvait choisir de vivre tout simplement. Elle pouvait choisir d'avancer à son rythme, de dévorer les livres pour son bonheur propre, pour sa soif de connaissance sur le monde magique ou moldu, sans s'interdire rien, sans s'obliger rien.
Mais son comportement durant toutes ces années restait impardonnable. Et elle croyait ne jamais pouvoir réparer tout ce mal qu'elle avait fait aux gens qui l'aimaient et voulaient qu'elle l'aime. Elle voulut courir, s'enfuir sur la lande, sous la pluie se tremper, sauter de la falaise, se noyer dans l'océan, s'effacer du monde, disparaître être oubliée, mais l'étreinte fragile mais si douce de Sasha l'en empêchait. Non qu'il la retienne fermement par ses bras, mais Noushka ne pouvait se résoudre à s'en aller, à disparaître, à s'éloigner de lui, eux qui n'étaient que deux moitiés d'un même être. Au contraire, elle ne voulait que se fondre en lui, pour toujours le serrer dans ses bras, dans un océan plus grand encore que tout ceux qui recouvrent la terre. A jamais les jumeaux Noushka et Sasha, enfants d'un sorcier et d'une cracmolle, mais si fier de l'être, car c'était là leur richesse, la richesse que chacun peut trouver en tout instant, en toute personne, en toute chose, si simplement il la regarde avec les bons yeux.
« Sasha... J'ai été si bête, pardonne-moi. Je ne le serais plus, je te le promets. » Noushka sécha ses larmes, et les larmes des nuages se séchèrent à leur tour, vaincues par l'éclatante lumière du soleil.


Dernière édition par Noushka M. Keighley le Dim 4 Avr - 7:19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Ven 2 Avr - 6:32:57

POUR FINIR.
Derrière l'écran c'est Camille, avec ce foutu prénom épicène qui fait qu'elle doit préciser qu'elle est une fille. Ca l'amuse de parler d'elle à la troisième personne tiens. Elle a dix-sept ans, et met du fixodent *SBAAFF* Elle a trouvé le forum par son Ange adoré Sasha =3 et elle l'adore déjà, surtout avec cette nouvelle intrigue et ce nouveau design *O* Puis comme elle va surement dire des bêtises ensuite, elle préfère dire Assurdiato pour qu'on ne l'entende pas trop à coté, mais ne vous inquiétez pas, vous elle vous adore déjà. Oh, j'allais oublier, elle a choisi de prendre le visage d'Irina Lazareanu, trouvant le sien bien fade à coté.


Dernière édition par Noushka M. Keighley le Dim 4 Avr - 7:27:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

– parchemins : 848
– copyright : abygaël ; pockecharm ; nxg
– études : Poudlard
– année : 5ème (a redoublé)


PENSINE
– âge RPG: 17 ans
– ascendance: sang-mêlé
– inventaire:

MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Ven 2 Avr - 23:22:01

    BIENVENUE g g
    très beau début, impatiente de lire la suite l'inconnu i

_________________________
    I AM CALLING YOU , CAN'T YOU HEAR ME ? Hot dry wind blows right through me Baby's crying and I can't sleep But we both know a change is coming It's coming closer Sweet release Desert road from Vegas to nowhere Someplace better than where you've been
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Dim 4 Avr - 7:36:56

Voila j'ai fini 14
Je suis contente que le début t'es plu! Parce que je suis vraiment pas très fière de ce que j'ai écrit, je fais mieux d'habitude (=
Revenir en haut Aller en bas

– parchemins : 622
– copyright : (c) mistaken.
– métier : assistante de la directrice du département de la justice magique et membre du magenmagot.


PENSINE
– âge RPG: vingt-et-un ans.
– ascendance: pur blood.
– inventaire:

MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Dim 4 Avr - 8:01:19

    BIENVENUE SUR LE FORUM ! g
    J'aime beaucoup ta fiche, elle est très agréable à lire, c'est simple et ça se lit facilement, même si c'est en bloc j'ai adoré la lecture. :D

    J'hésite entre Poufsouffle et Gryffondor, tu préférerais laquelle des deux maisons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waddiwasi.exprimetoi.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Dim 4 Avr - 9:56:27

MERCI i

Pour la répartition euh... je l'avais plutôt vue à Serdaigle en fait, mais si tu la voix mieux ailleurs euh... je sais pas me décider x)
D'un coté elle est super protectrice, mais seulement envers Sasha, mais elle est pas forcément très liante avec les autres. Après je sais pas si on peut parler de courage (quoique, faut voir) ou de loyauté, ni même de lâcheté, elle est euh... bizarre.

humpf, je crois que je ne t'aide pas 7

fais donc ce que tu voudraaaaas de moooooiii i
Revenir en haut Aller en bas

– parchemins : 1114
– copyright : barda & white rabbit.
– métier : photoreporter.


PENSINE
– âge RPG:
– ascendance:
– inventaire:

MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Dim 4 Avr - 10:07:05

    Très belle fiche ! Si ça te convient je te place a Poufsouffle (:
    edit ; mais si tu tiens reellement a serdaigle je t y met !
    <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon. Dim 4 Avr - 10:33:49

Cela me vaaaaaaaaaa q

parce que le jaune va tellement mieux à Noushka que le bleu *SBAAFF*
enfin c'est surtout que c'est plus en accord avec ce que Noushka est vraiment, pas une ambitieuse odieuse et insupportable 22
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: girl, you'll be a woman, soon.

Revenir en haut Aller en bas

girl, you'll be a woman, soon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
waddiwasi. :: HAVE FUUUN =) :: corbeille; :: version one :: anciennes présentations. :: poufsouffle-
Sauter vers: