AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Candice Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Candice Johnson Dim 2 Mai - 3:20:10

    I ▬ VOS PAPIERS, S'IL VOUS PLAÎT

    (c) Sway

    Nom : Johnson
    Prénom(s) : Candice
    Date de naissance & âge : 19 février 1996
    Type d'étude : 7ième année poudlard.
    Lieu de naissance : Bâton-rouge en louisianne
    Lieu de résidence : Bâton-rouge Louisianne
    Ascendance : Sang-pur


    III ▬ OH, C'EST QUI DERRIÈRE LA VITRE DE L'ÉCRAN ?

    Pseudonyme/Prénom : Mawiie
    Âge : 16 ans
    Comment avez-vous trouvé le forum ? Par Wed et Alexandra
    Comment le trouvez-vous ? Bien
    Mot de passe : Rictusempra
    Un commentaire pour nous ? Désolée, si c'est encore une sang-pur. C'tait un perso que j'avais déjà joué et je suis trop paresseuse, donc j'ai repris la fiche ;_;
    Avatar : Audrey Kitching


Dernière édition par Candice Johnson le Dim 2 Mai - 3:47:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 3:20:26

    II ▬ T'ES MIGNON MAIS J'AI PAS L'IMPRESSION DE TE CONNAÎTRE...

    Chapitre 1
    Haute, comme trois pommes, elle tirait sur le bas du pantalon de son père qui faisait ses bagages, ainsi que la petite valise de sa fille qui vivait dans un appartement minable. Sean Johnson, le père de la fillette, oubliait pratiquement la présence de sa propre qui le regardait avec les larmes aux yeux tenant sa poupée dans ses mains essayant d’avoir l’attention de son père. Elle le tutoyait, car elle avait l’impression qu’elle n’allait pas faire parti du voyage. Candice avait l’impression que le suicide raté de sa mère – qu’elle ne comprenait pas encore, un sens à ce qu’était un suicide - avait provoqué encore plus de changement chez son père qui ne le laissait paraître aux gens qui venaient régulièrement rendre visite à la famille plus ou moins connu chez les sang-purs, puisqu’ils étaient traitre à leur sang. Ils étaient pourtant connus, mais les gens les ignoraient, donc en tombant dans l’ignorance depuis belle lurette, ils n’ont pas connu de popularité parmi leurs cousins sang pur, pourtant ils restaient pur, comme si ça serait toujours dans les traditions des Johnson. Candice regardait tirait de plus en plus fort sur le pantalon de son père. La fillette était mal en point en plus, son père la nourrissait très mal depuis la mort de sa mère, ça faisait quand même deux semaines. Il la négligeait. Souvent, Candice pleure pour obtenir l’attention de son père qui s’est enfermée avec une autre femme dans sa chambre comme chaque soir, mais ça son père ne comprenait pas. Il se fâchait et la renvoyait dans sa chambre sans pourtant la nourrir. Elle se nourrissait de ce qu’elle pouvait atteindre dans le réfrigérateur et dans le garde manger. C’est seulement quand sa grand-mère est venue, une femme très snob et qui est très éloignée de son fils, qu’elle la vit, la fillette la regardait manger son sandwich avec des yeux pétillants qui attendaient qu’on lui en donne un morceau. C’est là que cette grand-maman comprit comment son fils négligeait sa fille dans tous les sens du terme. Pourtant, Candice continuait à aimer son père qui au final voulait l’abandonner. Nous devons avouer que Candice n’avait pas l’avenir la plus prometteuse en restant ainsi. Elle avait faim. Terriblement, faim encore une fois. Son père ne pensait qu’aux valises pendant qu’elle se demande ce qui se passe. Ce qui l’attend, si elle va manger après les valises.

    C « Papa J’ai faim. Papa… J’ai faim. Papa. Je veux manger. Papa ?! » La petite fille pleurait en serrant sa poupée dans ses bras. Son père tourna enfin la tête vers elle. Elle pensait avoir capté son attention. Il fronça les sourcils, mécontent du comportement de sa fille. Il la poussa violemment en lui faisant bien comprendre qu’elle était de trop en ce moment et que s’en était assez de pleurnichée pour rien.
    S « Ta gueule un peu ! » Il se remit au boulot pendant que Candice pleurait plus fort ne comprenant aucunement ce qui se passait. Son père était agressif depuis quelques temps. Depuis que grand-maman Johnson lui a parlé de bien nourrir sa fille. Ça a plutôt fini en engueulade cette histoire, mais la pauvre petite fille souffrait terriblement du manque de nourriture.
    C « Papa… J’ai faim… »

    Son père s’arrêta de nouveau et s’approcha dangereusement de Candice en la prenant par le bras. Il serrait le bras de la pauvre petite fille qui voulait se mettre quelques choses sous la dent, histoire de retrouver des forces. Son père l’avait fortement repoussé dans sa chambre avant de lui foutre quelques claques sur les fesses avec force. Candice criait pratiquement tout en pleurant. Elle n’avait rien fait pour mériter telle punition. Son père la laissa, après. La fillette s’était recroquevillée sur son lit en pleurant en tenant sa poupée plus fort que jamais contre elle. Son ventre criait famine et il suppliait de lui donner à manger. Elle finit par entendre dans la soirée une porte claquée, son père était parti travailler. Elle finit par s’endormir oubliant les coups qu’elle avait reçus…

    Chapitre 2
    Sean Johnson avait des plans bien précis pour sa petite fille qui n’arrêtait pas de pleurer en disant qu’elle avait faim. Il ne se rendait compte de rien. Il se sentait dans sa bulle, comme si elle serait l’enfant d’un autre. Il multipliait les couchettes qu’il en avait fait son travail. Sean était rendu au point de se prostituer. Depuis la presque mort de sa femme, il se prostitue, oubliant qui il était. Il ne dansait pas seulement pour les femmes, mais il se faisait payer pour coucher avec des femmes. Sa femme n’était pas morte, mais il avait fait des choses horribles qui l’avaient fait pousser à faire des choses irréparables. Si Sara était encore là, elle lui interdirait de faire ce qu’il s’apprêtait à faire. Il voulait abandonner la pauvre Candice qui avait terriblement faim et qui était au point de grignoter tout ce qu’elle pouvait trouver, ignorant les autres. Elle était égoïste, mais elle avait trop faim pour partager. Elle avait trois ans et elle ne pensait pas qu’à elle habituellement. Aujourd’hui était le jour de l’abandon. Candice avait l’impression que rien ne tournait rond, mais elle était trop jeune pour tout comprendre les indices que laissaient son père. Elle pensait qu’ils s’en allaient en voyage – ce qui n’était pas faux -, mais ce n’était pas en famille qu’ils allaient le faire. Le retour allait qu’être un aller-simple. Il était temps pour lui de porter sa petite Candice entre bonne main. C’est quand il avait vu les bleus sur ses cuisses qu’il comprit le danger réel qu’il était pour sa petite fille qu’il avait chéri à sa naissance, mais depuis le suicide de sa mère, elle lui rappelait trop cette dernière ce qui le frustrait à un tel point qu’il l’oubliait et qu’il la négligeait. Il était temps qu’il arrive, aussi, chez sa sœur qui avait accepté d’accueillir sa fille. Sa sœur s’appelait Olivia. Cette dernière avait demandé à son mari, Samuel, avant d’accepté d’élever un enfant de plus. Elle avait déjà un petit garçon de deux ans plus vieux que Candice, il se nommait Lucas. Il prenait déjà beaucoup d’espace dans la vie de la petite famille et accueillir un enfant pouvait peut-être déranger l’équilibre de leur fils. Pourtant Lucas avait semblé enchanté d’avoir une petite sœur pour s’amuser et s’occuper.

    C’est le sept septembre que le transfert de famille s’effectua. Il avait tout planifié pour que Candice ne se doute de rien. Il partait en voyage pour elle. Candice était heureuse que son papa l’emmène avec lui pour une fois quand il sortait, mais elle était trop jeune encore pour suspecter quoi que se soit. Elle avait trois ans, comme plus haut, mais elle devait penser pour deux déjà. Elle était prête avec son manteau rose que sa mère lui avait donné en cadeau avant le suicide qu’elle avait trouvé dans un magasin pour enfant à bas âge. La fillette avait adoré ce présent. Elle avait sauté dans les bras de sa mère pour la remercier. Elle n’avait jamais vraiment été la petite fille difficile à combler. Un rien lui faisait plaisir. Elle n’avait jamais demandé beaucoup de jouet non plus, ceux qu’elle possédait était déjà bien pour elle. Ce n’était pas l’enfant égoïste qu’on connaissait de nos jours. Candice se détachait tellement des autres, c’était incroyable. On ne pouvait pas croire qu’elle avait trois ans, mais pourtant c’était vrai. Elle avait aussi par moment des comportements enfantins, comme tous les autres enfants, mais c’était normal, elle n’était qu’un enfant. Personne ne pouvait demander à un enfant de ne plus être enfant. Pour revenir à notre sujet, Candice était arrivée enfin à l’état où sa tante habitait. La famille Johnson habitait généralement au Minnesota. Olivia n’habitait pas en ville, mais en zone rurale dans son état, mais elle avait déjà une place pour y accueillir Candice sans problème. Elle n’était pas celle qu’on disait qu’il était dans le trouble financièrement. Elle se débrouillait très bien, elle avait sa petite fortune par l’héritage des Johnson, pourtant son mari avait un bon travail ce qui aidait grandement à ce que l’argent ne manque jamais. Ils n’avaient aucun problème sur ce côté, ils avaient pourtant des problèmes ailleurs, celui d’accueillir Candice par rapport aux commentaires de la grand-mère Johnson a bien pu dire à Olivia. Elle ne savait pas comment regarder son frère de la même façon qu’auparavant. Le problème n’était aucunement la fillette, mais son frère. Elle avait su comment son frère avait négligé Candice. Elle pouvait que donner une enfance meilleure pour l’instant à la fillette. Elle faisait tout de même partit de la famille et Olivia ne pouvait refuser de l’accueillir à la maison.

    Candice se trouvait assise dans le salon près de la fenêtre, elle attendait son père, croyant qu’il allait revenir, malheureusement, elle ne savait pas que son père était parti pour de bon. Il lui avait dit avant de partir qu’il allait chercher des patates puisqu’Olivia n’en avait plus pour le diner. La fillette regardait par la fenêtre guettant l’arrivée de son père. Il était parti depuis au moins une heure ce qui était anormale. Après une quinzaine de minutes, Candice partit de son poste de surveillance pour aller tirer sur le pantalon de sa tante qui essayait de faire à manger tout en pensant à la pauvre fillette qui attendait le retour de son père dans le salon. Sean n’était pas reparti chez lui à bâton-rouge où il habitait normalement avec sa fille et avant avec sa femme aussi. Il était parti vers Las Vegas où il s’était trouvé un travail, comme un autre dans une boîte de strip-tease, qui avait été sujet de mésentente entre sa femme et lui. Pourquoi ? Il lui était infidèle et ça elle l’avait su. Elle lui avait pardonné un premier temps, mais par la suite la situation devint de plus en plus pire jusqu’au point où Sean couchait avec plus de femmes qu’avant allant même jusqu’aux relations homosexuelles. Les gens le payaient. La vie était peut-être meilleure avec l’argent qu’il gagnait en surplus de ce qu’il gagnait comme strip-teaseur, pourtant il se prostituait et c’était mal, très mal… Mais ça, Olivia ne le savait, ni sa fille d’ailleurs. Il y avait que sa femme qui l’avait su, juste avant qu’elle se suicide, puisqu’elle l’avait suivi quand Candice se faisait garder par la petite voisine d’à côté. Malheureusement s’en était trop pour la mère de Candice qui tenta de mettre fin à ses jours, mais passons. Candice tirait sur le pantalon d’Olivia qui la regarda un instant avant de se pencher pour se mettre à sa hauteur. Sa tante lui fit un sourire forcé. Candice regardait sa tante tristement, comprenant enfin quelques choses.

    C « Papa partit pour toujours ? »
    O « Il va revenir, mais beaucoup plus tard Candy… Je ne sais pas quand… »
    C « Mon papa ne m’aime plus ? »
    O « Non… non… C’est que… » Olivia ne savait pas quoi dire réellement. Elle ne savait pas si son père l’aimait réellement, mais au fond d’elle, elle se disait que Sean aimait sa fille et c’était pour une raison valable pour l’avoir emmené ici. La fillette ne pouvait contenir ses émotions. Elle faisait pitié dans cette situation. Elle était malheureuse et ça se voyait dans son visage. Olivia comprit que l’enfant aimait tout de même son père, malgré les mauvais traitements. Olivia ne pouvait l’abandonner, elle aussi, elle devait prendre soin de cette fillette qui cherchait à comprendre désespérément pourquoi son père était parti. Elle ne pouvait pas être une adulte de plus à l’abandonner. L’abandon pouvait faire bien des ravages sur les enfants et voilà qu’elle en subissait depuis déjà un moment. Olivia était plus que décider de la prendre en charge, comme sa propre fille. Elle voulait que la fillette finisse par l’appeler maman. Elle méritait avoir une nouvelle mère qui sera pour toujours à ses côtés sans vouloir la jeter, comme ses vrais parents avaient fait.
    C « Pourquoi papa est parti ? » dit-elle en serrant maintenant les jambes d’Olivia. Elle avait beau ne pas connaître plus que ça sa tante, mais elle savait qu’elle n’était pas méchante…
    O « Pour s’éloigner des responsabilités.» Elle sentit les petits doigts de Candice s’enfoncer de plus en plus sur sa peau. La fillette luttait.
    C « Je n’ai plus de papa et de maman… » Dit-elle en retenant un sanglot dans sa gorge. Candice baissa la tête l’accotant contre la cuisse de sa tante. Elle sentit les doigts de cette dernière dans ses cheveux fins bruns. Elle ne bougea pas restant dans cette position.
    O « Je serai ta nouvelle maman, Samuel sera ton nouveau père et Lucas sera ton frère » Pourtant, la fille n’était pas convaincue. Ça lui faisait plaisir, mais une partie d’elle-même souffrait toujours autant…

    Chapitre 3
    L « Candyyyyyyyyyyyyyyyyyy !? » Le garçon poussa la porte de la maison, il revenait pendant les vacances de noël. Il était parti à Poudlard, tandis que sa sœur – adoptive – restait à la maison avec sa mère. Depuis le temps qu’elle était avec eux, il ne la prenait plus pour une fille totalement inconnue, elle était devenue bien plus qu’une cousine, mais une sœur qu’il aimait plus que tout au monde. Elle avait grandit aussi depuis le temps. Elle avait dix ans, bientôt, elle viendrait le rejoindre à Poudlard. Lucas avait hâte de voir sa petite sœur venir le rejoindre, il sait qu’elle s’ennuie sans lui à la maison, même si elle a des amis moldus. Comment a-t-elle bien pu avoir des amis moldus ? Elle a été à l’école élémentaire moldu et puis, elle n’est pas du genre celle qui reste enfermer dans la maison à regarder la télévision, même si parfois il était tentant de le faire. Candice était plutôt le genre de passer ses journées de hors – quand elle avait du temps de libre – et s’amuser avec un rien. Quand elle avait les petites voisines qui venaient s’amuser avec elle, elle sortait ses petites poupées dans la maison que Samuel avait bâtie dans la cour arrière où Candice passait ses journées. C’était une petite maisonnette blanche avec des volets roses, comme celle des barbies qu’elle voyait dans les publicités à la télévision. À l’intérieur de la maisonnette, il avait mis des meubles en plastique de barbie, comme une mini-cuisinière, une table et des chaises en plastique. Elle pouvait passer des heures à s’amuser avec ses jouets, même s’il était temps qu’elle grandisse par moment. Olivia la regardait jouer par la fenêtre de la maison. Elle avait totalement confiance en Candice qui respectait depuis bien des années les règles. Il lui arrivait, parfois, de ne pas écouter les règlements, mais après être punie, elle ne recommençait plus. Lucas s’ennuyait de voir sa petite sœur jouée dans la petite maison qui était ensevelie sous la neige, il ne pourrait pas lui faire le plaisir de venir jouer avec elle. Il s’était encore ennuyé d’elle ! Pourtant, il n’avait aucune envie de jouer à ses jeux de poupée, même s’il savait que se serait le plus beau cadeau qu’il puisse lui offrir pour noël.
    C « Luccaaaaaaaaaaaas ? T’es revenu ? » Candice descendit les marches. Elle était plus tôt dans sa chambre en train de jouer aux poupées. Elle savait que Lucas devait arriver dans les prochains jours, mais Olivia avait dit que ce n’était pas sur qu’il allait se présenter ce noël à la maison, car il y avait des activités d’organiser à Poudlard et que par moment, il était plaisant d’y rester, même si c’était rester à l’école. Candice n’avait pas compris, le pourquoi que de rester à l’école était bien plus plaisant que de venir voir sa famille pendant les vacances. L’école ne l’intéressait peu, elle trouvait que l’école où elle allait n’était pas aussi plaisante que ce que Lucas pouvait bien raconter à propos de Poudlard. Comment aimée une école autant ? Elle n’en savait rien, mais elle avait bien hâte de voir cette école que son frère idolâtrait. Pourtant, Candice allait à l’école et elle n’aimait que voir ses amis et ça s’arrêtait là. La petite fille ne comprenait pas ce que voulait bien signifier l’importance d’une école par rapport à la famille, mais peut-être un jour, elle comprendra… peut-être. Candice était arrivée à la fin des marches pour venir sauter dans les bras de Lucas qui la fit tourner en l’étreignant. La jeune fille se mit à rire étant contente de le voir, comme à chaque fois qu’il rentrait à la maison. Elle s’était ennuyée, ce que le temps allait passer encore une fois trop vite en sa compagnie. Il allait être là pendant les vacances de noël et Candice était très bien placer pour dire qu’elle allait profiter de lui, pendant son séjour. La petite fille avait beaucoup d’idée de jeu pour l’occuper… Elle pensait qu’à elle, oubliant si Lucas avait envie de jouer avec elle pendant toutes les vacances.
    L « Papa et maman sont où ? » Il redéposa Candice au sol. Elle était si petite et si fragile. La petite fille prit la main de Lucas pour le tirer jusqu’à la cuisine où Olivia était.
    C « Ici ! Mais papa, il est parti… chercher grand-papa… » Elle tira encore sur le bras de son frère. Candice l’emmena dans le sous-sol où la famille avait emménagé une salle de jeux avec télévision, jeu vidéo ainsi que les jouets en surplus de Candice. Elle n’avait jamais demandé autant, mais elle vivait dans le luxe qu’il avait décidé de lui donner. Elle ne s’en plaignait pas, même si elle était une petite fille qui adorait regarder les robes de princesse et qui avait de drôle de goût par rapport à la mode, déjà jeune. Candice était celle qui se promettait que plus tard, ses vêtements viendraient des plus grands designers qu’elle pouvait voir dans certains reportages sur la mode. Oui, elle ne regardait pas que des dessins-animés, elle aimait bien voir les défilés à la télévision, même si les autres filles de son âge ne comprenaient pas le réel intérêt de regarder ses choses. Candice le voyait pourtant, elle aimait voir ses femmes minces défilés avec des tenues extravagantes et parfois bien étranges, mais elle aimait tout de même. Elle les trouvait très belle en plus. La petite fille répétait régulièrement à Olivia que plus tard, elle voudrait leur ressembler, même si sa mère ne souhaitait à personne de vivre comme ses filles… souvent prise avec un problème d’anorexie. Pourtant, c’était un rêve, comme un autre de petite fille, certaines se voyaient chanteuse, d’autres actrices…
    L « Tu m’emmènes où, comme ça Candy ? » Elle l’emmena devant la télévision où se trouvait une grosse boîte emballée. Candice se plaça à côté et se pencha pour la prendre. Lucas avait l’impression que la pauvre fille avait de la misère à se déplacer avec cette boîte dans ses bras.
    C « Cadeau pour toi. J’ai pensé que tu aimerais… Maman a dit oui pour que je fasse ça ! » Elle plaça le cadeau au pied de son frère et lui sourit. Elle alla s’asseoir sur un des divans qui se trouvaient dans la pièce. Candice avait ce petit quelques choses que d’autres n’avaient pas. Elle était toujours heureuse, depuis un bon moment, rien ne démolissait son état de bien être. Elle avait une totale confiance en elle, depuis qu’elle a trouvé une famille, mais elle ne se souvenait pas de ses parents biologiques. Candice ne se souvenait d’il y a sept ans, étant trop jeune, mais elle ne ressemblait pas à Olivia et encore moins à Samuel, même son frère ne lui ressemblait pas, alors elle se doutait qu’elle ne venait pas de cette famille, pourtant elle passa au dessus de ses idées farfelues. Candice fixait Lucas qui commença à déballer le précieux cadeau que cette dernière qu’elle lui avait fait. Alors, ce qu’elle vit lui fit peur. Son frère devint rouge de colère, elle le voyait. La peur se lisait sur le visage de la petite fille. Avait-elle fait quelques choses de mal ? Elle avait bien que si… Mais pourtant, elle avait eu l’autorisation d’Olivia pour le faire, elle avait même été aidée par cette dernière… Qu’avait-elle fait ?
    L « Candice, qu’as-tu fait ? Qu’est-ce qui t’as pris de toucher à mes affaires ?! » dit-il en lançant le restant de l’énorme boîte. Il s’approcha de Candice et donna un coup de pied dans le fauteuil. Candice se recroquevilla sur le fauteuil. Des larmes commencèrent à couler. Elle n’avait pas voulu que ça soit comme ça, elle avait plutôt imaginé qu’il serait content de recevoir un cadeau fait par elle. Lucas montra le petit bibelot qu’elle avait modifié avec des plumes et des paillettes. Elle avait même rajouté du tissus. Elle s’était bien amusée en faisant son cadeau, pourtant il ne l’aimait pas.
    C « Maman m’a dit que c’était correcte si je l’utilisais, elle m’a même aidée. » Elle se mit à sangloter face à Lucas hors de lui.
    L « Maman ne sait rien. Depuis que t’es ici que tu empiètes sur ma vie !!! DEPUIS QUE MA MÈRE ET MON PÈRE T’ONT ADOPTÉE QUE TU M’APPORTES QUE DES FOUTUS PROBLÈMES À MA VIE ! T’ES QU’UNE ERREUR CANDICE. CE BIBELOT ÉTAIT PLUS IMPORTANT QUE TOI ET TA MINABLE VIE » Il avait dit cela sans y réfléchir aux conséquences. La petite Candice venait de découvrir en cet instant même qu’elle était adoptée par cette famille. Elle était une pure inconnue. La petite fille se leva d’un bond et s’en alla en courant vers les marches avant de les gravir quatre à quatre sans se retourner par les appels de ce lui qu’elle avait toujours pris pour son vrai de vrai frère. Elle passa à côté d’Olivia qui se penchait pour avoir un câlin de la part de Candice, mais la petite fille continuait en ligne droite ne regardant personne. Elle filait dans sa chambre et se jeta sur son lit et pleura toutes les larmes qu’elle avait contenu depuis le temps. Candice pleura pendant des heures, elle refusa de manger. Lucas avait honte de ce qu’il lui avait dit. Il tenta d’aller la résonner, mais rien à faire… Elle refusait d’avoir des visiteurs et encore moins de les voir. Elle avait vécu dans l’ignorance et elle leurs en voulait de n’avoir pas su avant la vérité… Elle l’avait appris sans être avertie, sans être préparée…

    Chapitre 4
    Elle avait passé un très mauvais noël. Personne ne pouvait dire le contraire. Elle s’était enfermée dans sa chambre pendant toutes les vacances, elle ne voulait plus revoir Lucas. Candice le détestait trop en ce moment. Il lui a quand même avoué méchamment qu’elle était une intruse dans la vie de cette famille. Elle ne se souvenait de rien. Qui était ses vrais parents alors ? Comment Lucas pouvait se souvenir de son arrivé ? Ils avaient tout de même deux ans de différence… Alors elle était arrivée à un âge que lui pouvait très bien ce souvenir. Elle avait passé le plus mauvais noël à vie. La petite fille trouvait que tout le monde avait changé depuis qu’elle savait qu’elle était adoptée. Qui était ses vrais parents ? Pourquoi l’avaient-ils abandonnée ? Étaient-ils toujours vivant ? Tant de question sans réponse ! Elle n’avait pas envie de demander des informations à sa fausse mère – nouveau nom donné par Candice à celle qu’elle avait considéré, comme sa mère - ou encore à son faux-père. Elle refusait catégoriquement de parler à Lucas. Elle n’avait jamais réagi, ainsi auparavant. Peut-être que la nouvelle lui faisait ouvrir les yeux qu’elle avait toujours su au plus profond d’elle-même qu’elle n’appartenait pas à cette famille… Mais qui était-elle au juste ? D’où venait-elle ? Elle devait avoir des éclaircissements. Candice avait eut les bons doutes en voyant qu’elle ne ressemblait pas à cause de la petite famille. C’était peut-être pour ça qu’elle portait le nom de famille de sa tante… ? Elle venait de se rendre compte qu’elle avait toujours eu les réponses sous le nez. Elle ne portait pas le même nom de famille que Lucas et Samuel, mais celui d’Olivia était le même. Pourquoi ? Elle devait avoir des réponses à ses questions. C’est pour ça, qu’elle quitta sa chambre pour descendre dans le salon où se trouvait Olivia qui écoutait la télévision au bulletin de nouvelle qui repassait sans cesse dans une chaîne spécial. Candice vint se planter devant Olivia et croisa les bras. Elle était toute jeune, mais déjà elle avait ses mimiques de petite femme qui tiendrait tête, malgré les moments difficiles. La fillette s’était enfermée suffisamment dans sa chambre pour avoir trouvé le courage d’affronter cette épreuve de plus. Elle voulait absolument avoir des éclaircissements. Candice fixait Olivia en tapant du pied. Elle voulait avoir la totale attention de sa mère adoptive ou si vous préférez sa fausse mère.

    C « J’ai à te parler sérieusement ! » dit-elle en bougeant la tête sur le côté, comme une petite garce sortit tout droit des films d’adolescents. Olivia ferma la télévision pour lui montrer qu’elle allait avoir sa totale attention. Candice hocha de la tête, sa fausse mère avait compris. « Je veux savoir ! » Elle prit une pause avant de poursuivre son petit discoure de fillette de l’âge de dix ans. « Je veux connaître ma vraie famille… J’aimerais savoir qui était ma mère et mon père. Pourquoi je porte le même nom de famille que toi, si j’ai été adoptée ? » Olivia s’assit bien confortablement en invitant Candice à s’asseoir dans le fauteuil tout près d’elle, mais cette dernière refusa préférant s’asseoir sur le sol.
    O « Candy, tu dois comprendre que je suis désolée que tu l’aies appris comme ça. Lucas voulait s’excuser, il s’en voulait terriblement d’avoir agi ainsi. Il s’est emporté bien trop vite, mais je savais qu’un jour où l’autre ça l’arriverait, mais je ne voulais pas que tu l’apprennes d’un coup, comme ça. » Elle s’arrêta pour poser son regard triste sur sa nièce qu’elle avait pris la garde depuis déjà sept ans, malheureusement elle n’avait pas prévu que ses questions viennent aussi tôt. Elle soupira avant de poursuivre. « Je voulais t’en parler. Tu fais parti de la famille Johnson, comme moi. Je suis ta tante, tu n’es pas une totale inconnue, comme Lucas t’as fait ressentir. Ton père est venu te porter ici quand tu avais trois ans. Tu l’as attendu longtemps avant de comprendre qu’il ne reviendra pas. Il t’a emmené ici, Candice, parce que ta mère avait tenté de mettre fin à sa vie. Je crois qu’il ne supportait pas d’avoir toi comme souvenir… la perte d’un être cher peut faire des ravages, Candice… » Elle regardait Candice, ne la quittant pas des yeux. Elle évitait de dire trop détail qu’elle avait finalement appris. Olivia ne parlerait jamais des traitements qu’elle avait eut droit plus jeune. Malheureusement pour elle, Olivia n’allait jamais lui dire, même si elle cherchait à comprendre. Si quelqu’un finirait par lui dire la vérité. Elle aurait le cœur brisé…
    C « J’aimerais connaître, mes vrais parents… J’aimerais les voir une seule fois. Je veux savoir. » dit-elle en étant sérieuse. « Mon père est vivant, ma mère aussi ? » demanda-t-elle étrange intéresser par la discussion.
    O « Oui, Candy… Mais ta mère n’est pas un spectacle à voir Candy… puis ton père est un grincheux… je suis désolée, j’ai bien peur que tu aies mal… !!! » Olivia se leva et s’accroupit près de Candice. « Mais si c’est ton vœux le plus cher, je ne peux pas t’empêcher de connaître tes parents biologiques. Je veux bien t’emmener rendre visite à ta mère et j’essayerai … de communiquer avec Sean. » Candice se jeta au cou de sa tante et la serra dans ses bras. Bien sûr, qu’elle le souhaitait grandement…

    Chapitre 5
    Un nouveau temps. Une nouvelle vie. Elle voulait repartir sur des bonnes bases avec sa famille. Son père l’avait tout simplement jetée. Candice avait posé, aussi, les yeux sur sa mère biologique. Elle n’avait jamais ressenti une aussi grande vague de peur. La petite fille avait eut des sentiments contradictoires en la voyant, du dégoût, la peine… et puis bien d’autres. Elle n’en croyait pas ses yeux… Comment pouvait-on vouloir se suicider ? Elle comprenait peut-être que les pertes pouvaient faire mal, mais… sa mère biologique n’avait pas le droit de faire ça. Elle avait une petite fille qui était née, il y avait quelques temps. Candice ne savait pas quoi penser, en plus du rejet de son père biologique qu’elle avait affronté sans avoir honte de lui dire qu’il n’était absolument pas capable de prendre des responsabilités. Elle avait vu dans ses yeux… la frustration de ce dernier, mais avec une petite pointe de tristesse, comme si elle avait touché un point sensible. Elle s’en foutait, il lui avait fait autant de mal avec ses paroles déplacées qui lui avaient fait. Candice lui en voulait terriblement, non seulement pour l’abandon, mais aussi pour ce qu’il lui avait dit. Ce qu’il lui avait dit ne se disait pas. Elle avait donc droit d’agir, comme elle avait agi. Pourtant, elle lui avait dit, s’il voulait un jour la voir, il savait où elle se trouvait. Pourtant, elle ne l’attendait pas. Elle allait être à fond dans sa vie. Candice allait vivre quelques choses de nouveaux. Elle rentrait à Poudlard, comme son grand frère, malheureusement la relation entre lui et elle s’étaient détériorés… Ce qu’il lui avait dit, même s’il était hors de lui, ne se disait pas, tout comme son père. Candice devait donc oublier, faire sa vie, comme elle le sentait… Elle avait tant de chose à exploiter, qu’elle n’avait jamais exploité. Voilà pourquoi elle s’était décidée que ses problèmes étaient bien loin derrière elle, malgré que ses derniers étaient tout près. Elle se foutait totalement de son passé, même si elle ne pouvait oublier la rancune qu’elle ressentait face à son « frère ». Elle le considérait toujours comme tel, puisqu’il avait fait partit de sa jeunesse et ça… malgré les petits accrochages, mais depuis quelques temps leur relation c’était beaucoup défait à cause de ce qu’il lui avait dit à son retour.Elle finirait comme toujours à le pardonner, elle le savait… pourtant, il devait lui laisser le temps. Candice devait prendre le contrôle d’elle-même totalement. Heureusement pour elle, elle aurait de facilité en faisant le point sur sa vie ailleurs qu’à la maison ce qui aidait grandement au changement d’idée de la jeune femme. Elle avait reçu la lettre de Poudlard pendant l’été. Elle était heureuse. Extrêmement Heureuse !

    Le grand jour était arrivé et le train n’allait pas attendre qu’elle finisse à faire ses derniers câlins avant d’arriver à Poudlard. Le train cracha un panache de fumer pour avertir que le départ allait se faire dans les prochaines secondes. Candice qui avait déjà rentré ses bagages dans le train se précipita dans le train dans le compartiment qu’elle avait choisi. Il y avait des gens, mais ça ne lui dérangeait aucunement étant prête à discuter avec ses derniers. Candice leur souriait sans vraiment parler. Elle observait à qui elle avait à faire, sans trop les détaillés pour ne pas les gêner. Elle savait comment le regard des gens pouvait déranger. Il y a des gens qui avaient ce regard si intense qu’elle pouvait en perdre le nord et oubli pratiquement son prénom. Elle aimait fixer ses gens dans les yeux, même si elle finissait par détourner le regard gêné par leur regard, mais elle y était habituée au fond. Candice avait ce petit côté un peu étrange qui démontrait très clairement qu’elle ne suivrait jamais les vagues. Elle préférait se comporter différemment avec le monde. Elle n’était pas la fille qui se pliait facilement à ce qu’on lui disait. Candice avait ses propres idées, mais elle écoutait les autres pour en découvrir plus pour se faire une bonne idée de ce qui l’entourait ou du sujet qui était parlé. Elle ne s’arrêtait pas une seule parole, mais elle analysait tout de même ce que les gens pouvaient raconter. C’est ce qui faisait d’elle une personne qui allait vers les autres sans croire à tout ce qu’on pouvait lui dire, mais elle n’avait pas encore démontré ce côté à ses personnes dans ce wagon. Elle finit par arrêter de les regarder discrètement. Candice ouvrit la bouche et la referma. C’était bien trop silencieux, mais elle ne voulait pas briser le silence pour ne pas gêner les autres autour d’elle. La jeune fille s’accota la tête contre la fenêtre avant de tendre l’oreille au moindre bruit, mais la pression du silence était si lourde qu’elle sentait qu’elle allait craquer d’une minute à l’autre étant incapable de rester la bouche fermée aussi longtemps. Était-ce un défi de plus ? Elle n’en pouvait plus. Elle était une bombe à retardement qui allait bientôt, extrêmement bientôt éclaté. C’est alors qu’elle tourna la tête d’un coup sec vers la fille qui se trouvait à ses côtés.

    C « Salut. J’ai..aime ce que tu portes. Je voulais te le dire.» Dit-elle en son regard vers la vitre. Elle était gênée par ce commentaire peut instructif qu’elle venait de lui dire. Mais en tournant la tête, elle n’avait pas vu naître le sourire de la jeune femme. Oui, c’était une élève plus vieille qu’elle, mais pourtant… elle semblait si jeune. Candice ne le savait pas, mais elle allait bientôt le savoir.
    Fille pas encore de prénom. « Je… hum… Merci. » finit-elle par dire avec un immense sourire. Il y avait pour une fois espoir qu’une petite première année pouvait ne pas être effrayée par une élève de troisième. Candice regardait la fille toujours en souriant. La première année n’était pas bien méchante en faites, il y avait bien pire, comme enfant. Oui, elle était qu’une enfant, même si elle était par moment précoce. Elle avait un peu tout eu avant son âge. Candice pouvait être sérieuse, mais elle avait l’impression qu’elle n’avait pas vécu son enfance comme elle aurait du le vivre. Elle était toujours tracassée par quelques choses, mais ça elle ne le démontrait pas et ne le montrait pas. Candice gardait la tête haute.
    C « Tu t’appelles comment ? Et vous ? » S’adressant maintenant à la fille qui se trouvait ça ses côtés ainsi qu’aux autres élèves. Ils étaient quatre dans ce compartiment. Elle attendait donc la réponse des trois autres avant de fournir elle aussi une réponse. La jeune fille était réellement bavarde, mais il fallait lui pardonner, c’était plutôt ennuyeux de faire le trajet en silence, surtout qu’elle avait peur de ce qu’il l’attendait là-bas. Elle aurait peut-être du aller s’asseoir près de son frère, peut-être qu’elle aurait été mieux ? Surtout que le stresse ne l’aidait pas à garder le silence.
    Garçon « Je m’appelle Gareth » Candice lui sourit de plus belle.
    C « Enchanté Gareth ! »
    Deuxième Garçon « Moi, c’est Edwin »
    C « Joli prénom » Elle trouvait toujours le tour pour laisser échapper un commentaire tout en souriant. C’était étrange de voir une petite première aussi heureuse, mais sans être énervée au point de sautiller de banc en banc dans les compartiments, elle restait pourtant sagement assise, sans toutefois trouver le moyen de s’arrêter de parler puisqu’elle est partie sur une lancée. Il ne restait que la fille qui était à ses côtés à se présenter et elle.
    Fille pas encore de prénom « Moi c’est Johanne. »
    C « J’adore ton prénom, aussi. Moi, je m’appelle Candice, mais on m’appelle habituellement. Candice. » Elle s’arrêta un moment. « Vous êtes en première où suis-je la seule ? »
    J « Je suis en troisième pour ma part et les deux garçons sont aussi en troisième puisque je les ai aperçus dans mes cours, mais je ne leurs ai jamais adressé la parole. » Candice hocha de la tête. Elle venait de comprendre, qu’elle était donc la plus jeune dans ce compartiment, mais ça ne la dérangeait pas du tout. Il y avait bien pire et puis son frère était en troisième lui aussi. Toute énervée – dans le sens d’excitée – elle venait de réaliser aussi que peut-être ils connaissaient Lucas.
    C « Il faut un début à tout. Vous connaissez peut-être mon frère, il est aussi en troisième… Lucas Greens ? » Les autres acquiescèrent à ce qu’elle venait de dire. Alors son frère était connu. Mais comment était-il connu ? Dans quel genre ? La conversation se poursuivit dans cette optique. Candice partageait un très bon moment avec ses nouveaux copains de compartiment, mais elle se doutait que cette amitié ne durerait peut-être pas puisqu’elle était jeune et eux… ils étaient beaucoup plus vieux. Pourtant, elle ne s’arrêtait pas à ça, il était mieux pour elle de connaître le plus de monde dans cette école. Elle voulait connaître le plus de gens possible, elle ne voulait pas se retrouver seule, quoique la solitude par moment ne la dérangeait pas plus qu’il le fallait, mais elle appréciait bien plus la compagnie des gens. Elle ne voulait pas être celle qui était tapie dans son coin attendant qu’on vienne lui adresser la parole, parce qu’elle était gênée de sortir de sa petite carapace. Candice était prête à se faire des tonnes d’amis, mais elle savait bien que l’importance c’était de se faire de vrais copains, et non ceux qui vont vous oublier pendant l’été et qui ne reconnaîtront pas votre prénom ou encore votre nom. Elle ne voulait pas de ça, même si elle se doutait que ça allait arriver. L’âge de ses amis lui importaient peu. Elle n’avait pas envie de finir avec seulement des amis plus vieux ou encore plus jeune, elle voulait avoir dans tous les âges, c’est comme ça qu’elle se disait qu’elle pourrait toujours rester jeune. La jeunesse était importante, mais elle ne l’avait jamais vécu... elle avait eut le malheur de devoir agir comme une adulte, en étant jeune. Pourtant la jeune élève était prête à vivre une vie de jeune, sans toutefois aller dans les excès, même si elle le disait, elle ne le dirait pas cela si elle savait que parfois il était bien difficile de tomber dans l’excès. Les jeunes d’aujourd’hui tombent régulièrement dans l’excès l’amour, la drogue, l’alcool et les fêtes… un univers de dépendance à porter de main. Pourtant, elle ne pensait pas dans cette optique. Elle se promettait d’essayer de vaincre l’abus, mais c’était pratiquement impossible, les premières expériences sont souvent exagérément exagéré. Candice n’était pas la petite fille à maman ou à papa qu’on voit de famille aisé ou encore riche, elle était plutôt celle qui s’amuse avec un rien et qui aime faire des choses par elle-même. La jeune fille apprendre par ses erreurs et ça, c’était une belle leçon de vie. Les amis étaient des gens qui permettaient à faire vivre des expériences nouvelles. On pouvait demander de l’aide et aider en retour nos amis. Ses gens pouvaient faire que la vie allait pour le mieux. Ils pouvaient procurer du bonheur et des moments inoubliables.Ça c’était l’amitié, ça elle voulait vivre ça, pourtant l’excès et l’abus était toujours présent malgré l’amitié, parfois les mauvaises fréquentations finissaient par vous emprisonnez par les mêmes dépendances qu’eux-mêmes ont et parfois même pire puisque les gens perdaient totalement le contrôle et n’était plus maître de leur propre vie. Candice ne voulait pas tomber dans cet enfer, elle voulait mettre sa limite, mais c’était pourtant très dur à faire, pourtant elle avait confiance en elle. Elle se disait qu’elle irait jusqu’au bout quoiqu’il en soit. Candice savait que Poudlard était une étape de passage difficile pour ses excès. Elle avait entendu son frère parler plus que des études à cette école, mais ça elle l’avait gardé pour elle. C’est dans cette optique qu’elle finit par arriver à destination. Elle regardait tout autour avant que les élèves de première année soit appelé. Elle venait de quitter ses nouveaux amis pour suivre les autres premières années qui feront peut-être partit de la même maison qu’elle. Elle dut faire la traversée du lac. Elle avait terriblement peur. L’embarcation était toute petite et Candice n’était pas du tout rassurée sur le nombre d’élèves par embarcation. Comment elle allait passer ce lac sans tomber ? Ses questions ne la rassuraient pas, même si elle essayait de trouver les mots justes pour démontrer qu’il n’y avait rien à craindre, mais il n’y avait rien à faire… Elle avait peur. L’embarcation tanguait pendant qu’elle se tenait horrifier en regardant l’eau sombre. Il n’était pas rare de la voir avoir aussi peur. Les gens avaient l’air d’être plus à l’aise en ce moment. Pourtant, elle était stressée pour autre chose… La cérémonie des répartitions arrivaient à grand pas.


Dernière édition par Candice Johnson le Dim 2 Mai - 3:42:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 3:29:42

    *o* <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 3:48:35

    Sid *O*
    J'ai fini, même si j'ai honte ;_;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 4:11:30

Oh mais voila Candou-choue, Candy-chérie! q

alors alors, qu'est-ce que je vas te faire voir cette fois-ci... z
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 4:18:53

ON LA MET DANS MON LIT \o/ *SHBAF*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 4:25:34

seulement après être passé par le mien, mon petit r
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 4:32:59

    Qui passé dans le lit de Noushka ?
    QUOI ?! tu veux te venger de Lea sur moi *yeux de chat botté*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 4:46:12

Haan Nyb' ♥ * j'suiis sûre que tu n'as aucune idée de qui je suiis mdr' *

Bienvenue sur le Waddi' ! ♥ Amuse toi bien parmi nouus o
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 4:50:45

    Et toi tu ne m'as même pas reconnu mon double compte. Qui es-tu ? =O dis-moi !
    Merci <3
Revenir en haut Aller en bas

– parchemins : 1114
– copyright : barda & white rabbit.
– métier : photoreporter.


PENSINE
– âge RPG:
– ascendance:
– inventaire:

MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 7:09:58

    rebienvenue (:
    j'hésite, Poufsouffle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Dim 2 Mai - 7:26:44

    Oui ça me va. Tu hésites avec quel autre maison ?
Revenir en haut Aller en bas

– parchemins : 1114
– copyright : barda & white rabbit.
– métier : photoreporter.


PENSINE
– âge RPG:
– ascendance:
– inventaire:

MessageSujet: Re: Candice Johnson Lun 3 Mai - 9:40:15

    Peut-être Gryffon, mais je préfère te mettre à Poufsouffle, alors si ça te convient, c'est reparti ! (:

    Bon jeu, again !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Candice Johnson Sam 8 Mai - 23:26:47

Candyyy on se connait a
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Candice Johnson

Revenir en haut Aller en bas

Candice Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
waddiwasi. :: HAVE FUUUN =) :: corbeille; :: version one :: anciennes présentations. :: poufsouffle-
Sauter vers: