AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

ー jo. (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ー jo. (ended) Mar 15 Juin - 7:39:31


xoxo
Peace Joanna Wickford
ou la fille qui savait tout. Ou presque.
    I ▬ VOS PAPIERS, S'IL VOUS PLAÎT

    Nom : Wickford
    Prénom(s) : Peace Joanna
    Date de naissance & âge : 04.10.1996
    Type d'étude : 6ème année
    Lieu de naissance : Londres
    Lieu de résidence : Londres
    Ascendance : Sang-mêlé, ses grands-parents maternels sont tous deux moldus.

    II ▬ T'ES MIGNON MAIS J'AI PAS L'IMPRESSION DE TE CONNAÎTRE...

    « La curiosité est un vilain défaut. » 47593ème fois qu’elle le disait, cela en devenait presque ennuyant. Surtout que j’étais persuadée de la fausseté de cette phrase ; comment un défaut pouvait-il être autre chose que ‘‘vilain’’ ? et pourquoi était-ce la curiosité qui subissait cette phrase, et non les autres défauts ? était-elle réellement plus ‘‘vilaine’’ que l’orgueil, l’envie, et tous les autres ? Non, évidemment. Pauvre curiosité ; pauvre moi, qui avait hérité de cette pathologie irréversible. Car oui, elle l’était, et ma mère aurait beau le dire une 47594ème fois, voir même une 47595ème, cela ne changerait rien, car j’étais comme j’étais. Point.
    « C’était si imprudent et dangereux ... » Faux. Encore. Je maîtrisais totalement, à moins qu’il n’y ait un tremblement de terre, j’étais parfaitement en sécurité sur le toit de ma maison.
    « ... Et surtout, ce ne sont pas tes affaires ! » Voilà, on y arrivait. Oh non, cette phrase n’était pas plus juste que les autres, c’était juste la seule qui lui importait vraiment. Elle était fausse car j’estimais qu’être au courant de la raison de la dispute de mes parents était de mon droit. Et c’était la seule lui important vraiment, car elle était autant narcissique que j’étais curieuse (pourtant je ne lui avais jamais dit : « Le narcissisme est un vilain défaut. »), et les deux premières n’avaient aucun rapport avec elle. Enfin, elle pouvait rapprocher le sujet d’elle. Et me donner encore plus envie de me barrer.
    « Promis maman, je le referai plus. » A moi de mentir ; je le referai dès que j’en aurai l’occasion. « Je peux aller jouer maintenant ? » Le tout dit avec un sourire d’ange ; je connaissais la réponse : oui. Evidemment, ma mère me le dit, et je m’en étais allée.
    Voilà ce à quoi j’avais passé le plus clair de mon enfance ; épier mes parents, puis embobiner ma mère. Et le reste du temps, je faisais la « gossip girl » de mon quartier. Ah la la, c’était le bon temps.


    Je n’aime pas la pluie. Ca désintègre mon maquillage, et réduit à néant mon brushing. Mais surtout, quand il pleut, tout devient gris, incolore, terne. Même la pelouse de Poudlard qui au premier rayon de soleil paraît d’un vert si vif qu’on croirait que rien, absolument rien ne pourrait lui enlever son éclat. Et pourtant. Comme si trois gouttes d’eau faisaient peur aux couleurs, comme si quelques millimètres de pluie chassaient la joie. Quand je dis joie, je pense évidemment à la joie naturelle, à celle qu’on éprouve quand on voit un donuts au chocolat ou un ciel azur, pas à la joie que l’on doit chercher, pour laquelle on doit construire, pendant des années parfois. Le genre de joie que l’on ressent lorsqu’on reçoit une preuve d’amitié, d’amour, par exemple. Celle-là est bien plus forte que la pluie. Pire encore, la pluie, ça mouille. On se retrouve à courir dès qu’on veut mettre le nez dehors, pour quand même arriver trempe à notre destination. De plus, quand il pleut, il fait froid. En tout cas, plus froid que lorsque le soleil brille haut dans le ciel.
    Aujourd’hui, il pleut. Ca me déprime. Je n’ai même pas envie de sortir de mon lit. Ca saoule. J’en ai marre. Je vais pleurer. Ou pas, évidemment. Luttant contre l’appel de mon lit, je me levai et rejoignis mes parents déjà en train de déjeuner.
    « Bonjour, Peace. »
    Peace. Peace. PEAAAAAACE. Raah, ça tue. Comme si la pluie ne suffisait pas, il fallait que mon père m’appelle par le premier nom que lui et ma mère m’avaient donné. Heureusement que je suis fille unique ; ils auraient pu appeler ma soeur Love ... Peace and Love, vous voyez ? Pourtant, mes parents n’ont pas vraiment une tête de hippie.
    « Je m’appelle Joanna. »
    Le tout sur un ton morne. 15 ans, et mes parents n’avaient toujours pas compris. Désespérant.
    Les prénoms qui ne veulent rien dire, qui n’ont pas d’histoire, que l’on n’a pas choisi pour des raisons x ou y, simplement parce qu’on les trouvait jolis, c’est mieux. Il y a moins de risque. J’explique : quand j’étais petite, je connaissais une fille s’appelant Belle. Mais le truc, c’est qu’elle n’était pas belle. Du coup, c’était bien dommage pour elle. Et moi, Peace, bon ok j’aimerais bien qu’il y ait la paix partout, mais nous savons tous que c’est impossible, et puis, envoyer des poings par-ci par-là, je trouve ça extrêmement distrayant. Ca défoule. Bon, après, il faut parfois savoir courir vite, mais cela défoule également, du coup, c’est cool. Je m’emporte ; à la base, je voulais juste dire que je ne suis pas du genre pacifique.
    Je m’approchai d’un tas de pancake où j’en pris quelques-uns (enfin, quelques-uns, approchait plus du nombre de pancake restant que de celui entre mes mains), puis je remontai dans ma chambre, et me recouchai : l’appel du lit avait finalement été plus fort.


    « Peace .. »
    « TA GUEULE ! La paix c’est nul, c’est mieux la guerre. Je m’appelle Joanna. Putain mais c’est pas compliqué non ? Tiens, encore mieux, ‘‘Jo’’. Deux lettres. Même pour ton cerveau sous-développé, ça devrait pouvoir être possible non ? Au pire, peut-être qu’.. »
    « C’est bon, heu, désolée, Jo. »
    « ... »
    « Heuu, j’voulais savoir, si, heuu, tu, ben, »
    « Mec accouche. Tu me fais chier, j’ai pas que ça à faire. Oh et t’sais quoi ? Quand il pleut pas, ben y fait beau. C’est cool nan ? »
    Bon d’accord, j’y allais peut-être un peu fort. Normalement, je ne jure jamais. ... . Ok, c’est faux, cependant il est rare que je sorte de pareilles salves d’insultes. Mais, toutes ces personnes venant me demander des renseignements, qui, non seulement, m’appelaient par mon premier prénom, mais aussi tournaient autour du pot me mettaient hors de moi. Et malheureusement pour eux, je n’étais guère du genre à mâcher mes mots.
    Ma dernière phrase mit mon interlocuteur k.o. pour quelques instants, bien qu’il se reprît étonnamment rapidement.
    « Tu sais si Melynda sort avec quelqu’un ? »
    « Tout ça pour ça ?!? Bien sûr qu’elle sort avec quelqu’un, un septième année, Leonard quelque chose. Soit pas déçu, de toute façon t’aurais eu aucune chance avec elle. Bref, j’imagine que t’as aucun scoop croustillant à me dévoiler ? Non ? Tant pis. Sache que ta prochaine demande ne te seras pas offerte, contrairement à celle-ci. Eh ouais mon pote, la vérité, ça paye. Ah non, en fait oublie, t’es pas mon pote. Bye. »
    Je rejoignis l’amie avec qui j’étais avant l’intervention de ce jeune poussin, et nous nous en allâmes sans dire un mot. Et c’était chose bien inhabituelle, car nous étions l’une comme l’autre bavardes au possible ; cependant, si nous avions ouvert la bouche, nous aurions explosé de rire, ce qui m’aurait complètement discrédité ; nous nous retînmes donc jusqu’au fond du couloir ...


    « Joooooooooooooooooo, souffla une petite voix. »
    Flippant. J’étais en pleine observation du magnifique rideau entourant mon lit, et pof, chuchotement. Fantômes, esprit, tueur en série, psychopathe, échappé de l’asile, extraterrestre venu m’enlever, créature divine me rapportant dans le ciel (très peu probable), Lucifer à qui j’aurais par mégarde vendu mon âme ou ... voisine de lit. ... . Voisine de lit. Sur le même ton, je répondis
    « Quoooooooooooooi ? »
    « Tu dors ? »
    Ha. Il y existe créature plus intelligente que moi.
    « Oui, mais en fait ça se voit pas parce qu’il fait nuit. »
    « Ah, d’accord. »
    Et elle se tut. Je ne pus m’empêcher de sourire devant notre stupidité partagée ; ces discussions sans queue ni tête faisaient partie de mon quotidien.
    « Mais en fait je crois que je suis somnambule, alors tu pourrais m’accompagner dehors pour être sûre que je me fasse pas mal. »
    « Oh, bien sûr. Je serais toujours la pour toi, tu le sais bien. »
    « T’es un ange. »
    Nous nous levâmes discrètement, et sortîmes tout aussi silencieusement dans les couloirs, direction nulle part. Comme durant la majorité de nos nuits, nous errerions dans les couloirs jusqu’à une heure bien matinale, jusqu’à ce que nous soyons enfin fatiguée. C’est cool d’avoir une copine insomniaque. Et c’est cool d’être insomniaque également, car, c’est la nuit que tout se trame, que tous les plans sont mis en place, et que toutes les révélations naissent. On en apprend plus en une nuit d’errance qu’en une semaine de cours, je vous assure.


    Je voyais à travers la fenêtre deux oisillons se poursuivant d’une manière surprenante. Et surtout, j’entendais leur discussion ma foi très intéressante. Pas celle des oiseaux hein, celle des personnes assises au banc d’à côté.
    « Miss Wickford, votre devoir. »
    Réveil tristement brutal ; j’avais quitté de jolis moineaux et de croustillantes paroles pour une vieille femme à l’haleine de chacal, qui savait en outre pertinemment que je n’avais pas fait ce devoir ; elle ferait d’ailleurs mieux de ne plus me les demander, ou de directement me coller. Ca lui éviterait de se fatiguer la mâchoire. Sa vieille mâchoire, la pauvre, elle pourrait y penser. Bon pour quand même, une sympathique excuse ferait mieux qu’un simple : je ne l’ai pas fait.
    « Et bien en fait, vous allez rire, j’ai fait mon devoir. Mais je ne l’ai plus. Pourquoi ? Eh bien car je suis somnambule, et qu’étrangement c’est votre cours que mon inconscient a choisi de blâmer ; je me suis levée, ai sorti mon devoir de mon sac, et l’ai brûlé. Vraiment je comprends pas ... »
    Révélation qui laissa la classe hilare. Beaucoup moins mon enseignante.
    « Ce que je comprends, c’est que vous allez passer quelques heures avec moi. »
    Chouette. J’adore les colles - et il n’y a rien d’ironique là dedans ; on en apprend beaucoup, presque autant que la nuit. C’est juste un petit peu plus fastidieux.
    « Ouh, mais ça va être dur, je suis vraiment o-ver boo-kée en ce moment. Si vous voulez, je peux vous faire un planning avec les jours où je suis déjà collée ? »
    Regard qui tue de la part de la prof. Sourire innocent pour moi.


    « Mon nom est Peace Joanna Wickford. Mon enfance a été paisible, inintéressante en réalité. Et je m’en porte très bien ainsi. Aucun drame familial, rien, niente (à part un léger problème de prénom). Tant mieux, je n’aurais pas pu le supporter. J’ai des amis. J’ai des ennemis. Je connais tout, sur tout le monde. Et tous ceux qui sont trop faibles pour demander les choses en face me connaissent. J’aime rire, je ris et je ris fort. Je ris de moi-même. C’est ça ou pleurer. J’ai été trop gentille. Maintenant, je suis gentiment méchante. Je vous assure, c’est possible. Je n’aime pas faire les choses à moitié. Je n’aime pas non plus me taire, faire profil bas, sauf quand c’est pour écouter d’alléchantes conversations. Je ne suis pas discrète. Je fais de grands gestes, je parle fort, quand je ne crie pas. J’aurais beau marcher sur une surface parfaitement plane, je trébucherai quand même. Je n’ai pas de bonnes notes, parce que je ne travaille pas. Je passe plus de temps en colle qu’en cours. Mais je n’ai jamais redoublé, et je ferai toujours tout pour ne pas le faire. Mes parents seraient trop déçus. »


    icons (c) Fox


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ー jo. (ended) Mar 15 Juin - 7:40:59

En espérant que la lecture ne soit pas trop mauvaise cat même si je sais que ma fiche est nuuuuulle. Mais j'ai pas la motiv' de la refaire u_u
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ー jo. (ended) Mar 15 Juin - 10:04:27

    Haha, j'ai bien ri en lisant ta fiche. C'était très agréable, vraiment k

    Sinon pour être détective, il aurait fallu aller voir dans les pv ici et voir en fonction des places qu'il restait. Outre les détectives pvs qui ont une place d'office, il y avait plusieurs places pour personnages libres, dont une seule qui reste libre, de préférence pour un Serpentard.
    Cependant je pense qu'il n'y a pas de problème pour que la maison du dernier détective change, la question a été posée il y a un moment d'ailleurs.

    Autrement dit, tu devrais pouvoir être détective sans problème, à moins qu'une autre admin ne dise le contraire. Pour la maison je serais tentée de dire Serdaigle, à moins que tu ne préfères Gryffondor?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ー jo. (ended) Mer 16 Juin - 0:12:29

Oui, d'ailleurs c'est moi qui ait posé cette question ^^

En fait, je vois pas trop Jo' chez les Serdaigles, vu qu'elle n'est pas très ... studieuse n_n" Donc je pencherais plutôt pour Gryffondor (:
Revenir en haut Aller en bas

– parchemins : 1114
– copyright : barda & white rabbit.
– métier : photoreporter.


PENSINE
– âge RPG:
– ascendance:
– inventaire:

MessageSujet: Re: ー jo. (ended) Mer 16 Juin - 1:20:48

je t'ajoute alors ! (: bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ー jo. (ended) Mer 16 Juin - 1:46:09

Merci cat
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ー jo. (ended)

Revenir en haut Aller en bas

ー jo. (ended)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
waddiwasi. :: HAVE FUUUN =) :: corbeille; :: version one :: anciennes présentations. :: gryffondor-
Sauter vers: