AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

LIV ♣ No one can make you feel inferior without your consent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

– parchemins : 622
– copyright : (c) mistaken.
– métier : assistante de la directrice du département de la justice magique et membre du magenmagot.


PENSINE
– âge RPG: vingt-et-un ans.
– ascendance: pur blood.
– inventaire:

MessageSujet: LIV ♣ No one can make you feel inferior without your consent. Sam 12 Mar - 0:54:27

NOM : Walsingham. PRÉNOMS : Livia, Seraphin. DATE DE NAISSANCE & ÂGE : 5 janvier 1989, vingt-et-un ans. MÉTIER : Assistante de la directrice du département de la Justice Magique et membre du Magenmagot. LIEU DE NAISSANCE : Manoir Jedusor, Tintagel (Cornouailles). LIEU DE RÉSIDENCE : Manoir Walsingham, Tintagel (Cornouailles). ASCENDANCE : Sang pure.


Dernière édition par Livia S. Walsingham le Sam 12 Mar - 1:27:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waddiwasi.exprimetoi.net/

– parchemins : 622
– copyright : (c) mistaken.
– métier : assistante de la directrice du département de la justice magique et membre du magenmagot.


PENSINE
– âge RPG: vingt-et-un ans.
– ascendance: pur blood.
– inventaire:

MessageSujet: Re: LIV ♣ No one can make you feel inferior without your consent. Sam 12 Mar - 0:54:57

« Livia était une enfant. Elle ne comprenait pas, elle ne comprenait rien. Mais elle allait comprendre. Comprendre quoi ? Que sa naissance n’avait jamais été sainte. Avant même d’être née, son père la destinait à être sienne. Et lorsqu’on appartenait à un vil fils du Diable, on finissait forcément par devenir un monstre également… ou à avoir cette lueur flamboyante mais inquiétante dans le regard, un feu qui en disait long et qui ne disait rien de bon non plus.
Avoir un enfant, c’est s’engager à l’aimer de toutes ses forces. A le protéger au péril de sa vie, à l’éduquer non pour le dresser à sa manière mais afin de le rendre civilisé, meilleur et apte à profiter d’une future liberté. A l’observer attentivement, de près ou de loin, pour le regarder grandir et devenir adulte sans embûches pour l’empêcher d’être heureux. Si on ne ressent pas ce sentiment, c’est que l’on n’est pas fait pour être parent. Arthur Walsingham n’était donc pas fait pour être père. Arthur est celui que je me dois d’appeler My Lord, Monseigneur, ou Maître. C’était un bel homme, et sa beauté ténébreuse perdure encore dans ses traits qui sentent le vécu. Peut-être est-ce pour cela qu’on a l’impression d’être face à un homme dangereux lorsqu’on se retrouve face à lui. Mais l’avoir dans son champ de vision, c’est s’obliger à être respectueux et à le saluer. Ce n’est pas n’importe qui. Arthur est sensuel mais mauvais. Sa sensualité lui confère du charme, et cette pour ça qu’elle a accepté de l’épouser. Kasia n’en savait rien. L’amour rend aveugle. Oui, ça lui va bien à Kasia, cette phrase. Mais elle était tellement innocente et jolie, avec sa longue chevelure dorée et ses yeux bleus qui ne faisaient qu’accentuer sa candeur. A cet ange, on pouvait lui pardonner de l’avoir épouser. Elle était naïve. A lui, on ne pouvait que lui reprocher sa haine et son ignoble désir de vengeance. J’ai grandi avec lui. Les géniteurs d'Arthur l’avaient toujours détesté pour une raison inconnue. Ils étaient inhumains. Ils le battait, le réprimandait sans cesse, le rabaissait. C’était triste. J’étais la fille de la maîtresse de son paternel. Un jour, elle me déposa devant la porte du manoir des Walsingham, et s’en alla, tout simplement. Alors, ils avaient accepté de me recueillir, à condition que je sois l’amie inséparable d'Arthur, voir, son esclave. Sa suiveuse.

Arthur était un enfant malheureux mais gentil. Il ne recherchait que de la compassion et de l’affection. Ce fut ce que je lui donnai. Et à partir de ça, nous étions devenus amis. Face à ses parents, Arthur faisait mine de me haïr, tandis que derrière toute cette comédie, lorsqu’ils n’étaient pas présents, il se confiait à moi et nous nous amusions comme de petits fous. Lors de nos onze ans, Poudlard se présenta à nous. Tandis qu’il atterrissait à Gryffondor, j’atterrissais chez les Serdaigle. Nous étions restés amis. Voilà que par la suite, j’en tombai amoureuse. J’avais quinze ans, et je l’aimais passionnément. C’était mon demi-frère, mais je l’aimais. C’était interdit. Sauf que dans nos cœurs, nous n’étions pas de la même famille. Il n’était même pas au courant. Mais j’étais amoureuse, tout simplement. Je me contrefichais de tout. Pourtant, je n’en avais rien dis, gardant le silence par honte. A la fin de ses études, il changea du tout au tout. Du jour au lendemain, sans s’expliquer. Je pense que c’était pour commencer à plaire à son père avant qu’il ne soit trop tard et qu’il n’ait rien. Il épousa par convention la fameuse et parfaite Kasia Jedusor. Celle que je jalousais pour sa beauté, sa perfection, son tempérament si doux… tout le monde l’aimait. Moi aussi. Je l’appréciais sans la connaître. On dit que Narcisse se noya, amoureux de son image. Cette fois, Kasia se noya, amoureuse de l’image d'Arthur. Il était si beau, brillant et charmant. Mais tellement mauvais, afin de se façonner une nouvelle image de lui, pour sembler plus fort.
Quand son père décéda, je crus qu'Arthur allait me jeter à la porte du manoir pour protéger son mariage et ne pas embarrasser Iris avec la présence d’une autre femme, domestique ou pas. Mais ils vinrent tous deux à moi, sauf que ce fut elle qui parla, m’appelant par mon prénom et me vouvoyant respectueusement. « Eden, mon mari m’a parlé de votre cas. Il vous aime comme une sœur, vous n’avez pas de toit où vivre et il souhaite que vous restiez ici comme vous l’aviez toujours fait. » Je m’en souviens comme si c’était hier. Elle avait baissé les yeux avec candeur pour finalement dire : « De plus, j’attend un enfant de Gregory. On vante votre grand esprit et votre patience, ce serait un plaisir pour moi que vous m’aidiez à éduquer cet enfant. » Face à elle, je ne sus qu’accepter. Elle me donna une belle chambre, et lui, vint me dire que je serais traiter avec respect, tel un véritable membre de la famille et que je ne serais plus jamais une servante. »

u.c.


Dernière édition par Livia S. Walsingham le Mar 15 Mar - 9:25:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waddiwasi.exprimetoi.net/

– parchemins : 622
– copyright : (c) mistaken.
– métier : assistante de la directrice du département de la justice magique et membre du magenmagot.


PENSINE
– âge RPG: vingt-et-un ans.
– ascendance: pur blood.
– inventaire:

MessageSujet: Re: LIV ♣ No one can make you feel inferior without your consent. Sam 12 Mar - 0:55:08

+2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waddiwasi.exprimetoi.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LIV ♣ No one can make you feel inferior without your consent.

Revenir en haut Aller en bas

LIV ♣ No one can make you feel inferior without your consent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
waddiwasi. :: HAVE YOU SAID... WIZARD ? :: présentations;-
Sauter vers: